sd main logo
LE GUIDE DU BONHEUR
Menu

Le bonheur

Qu'est-ce que le bonheur ?

Pierre Wittmann, vous avez écrit Le guide du bonheur pour le troisième millénaire. Tout d'abord, qu'entendez-vous exactement par bonheur ?

Étymologiquement, bonheur vient du mot « heur » qui signifie « bonne fortune ». La définition du bonheur, selon le dictionnaire, est « l'état de la conscience pleinement satisfaite ». J'irai plus loi en disant que le bonheur est un état d'harmonie, car l'harmonie implique l'idée de relation, relation avec d'autres personnes, et relation entre les différentes parties d'un tout, et aussi relation avec nous-même. Le bonheur existe lorsque ces différentes relations sont bonnes, saines, équilibrées, paisibles. L'idée qu'on peut trouver le bonheur sans se soucier des autres et de notre environnement, ou, pire, aux dépens d'autrui et en exploitant la nature, est une illusion. Le problème du monde actuel est qu'une minorité pense qu'elle peut trouver le bonheur en maintenant la majorité de la population mondiale dans la servitude et la pauvreté et en dilapidant les ressources naturelles de la planète. Ça ne marche pas ! Il faut bien comprendre que nous ne sommes pas des êtres séparés, mais que nous vivons en interrelation, non seulement avec toutes les autres formes de vies, mais avec tout l'univers. Le bonheur concerne tous les aspects et tous les niveaux du Tout et toutes les interrelations entre ses différents parties.

Quels sont ces différents niveaux ?

Sur le plan individuel, notre être est composé de quatre niveaux, les niveaux physique, émotionnel, mental et spirituel. Ces quatre niveaux doivent être en harmonie si nous voulons être heureux. Ils ont chacun des exigences et des besoins particuliers qu'on ne peut pas négliger.

Le niveau physique, par exemple, comporte notre corps physique, nos besoins matériels, comme l'air et la nourriture, et notre confort matériel. Dans les pays riches, la plupart des gens jouissent d'un haut niveau de confort matériel, mais s'ils sont en mauvaise santé, qu'ils respirent de l'air pollué et qu'ils se nourrissent mal, les conditions de leur bonheur à ce niveau-là ne sont pas remplies.

Le niveau émotionnel comporte toutes nos émotions, c'est-à-dire la manière dont nous réagissons aux circonstances de notre vie. Certaines émotions sont bienfaisantes, pour notre santé, notre bien-être intérieur et nos relations avec autrui, d'autres par contre sont très nuisibles. Apprendre à gérer nos émotions est une des choses les plus importantes pour trouver le bonheur.

Le niveau mental contient toutes nos idées, nos opinions et nos croyances. Ce sont elles qui colorent notre perception de la réalité et notre vision du monde dans lequel nous vivons. Si nous sommes conditionnés ou manipulés, par notre éducation, par les médias et par les puissances au pouvoir et que nos croyances ne sont pas en accord avec la vérité, c'est-à-dire avec les lois de la nature, nous serons toujours en conflit et en dysharmonie.

Le niveau spirituel est le niveau qui nous connecte au divin, à la source de toute vie, aux forces subtiles qui régissent l'univers. Dans notre monde matérialiste, nous négligeons bien souvent cette connexion, qui est probablement la plus importante pour trouver le vrai bonheur. C'est celle qui nous permet de surmonter les souffrances et les difficultés qui se manifestent aux autres niveaux.

À côté de ces quatre niveaux de notre bonheur individuel, il ne faut pas négliger nos relations et notre harmonie avec les ensembles dont nous faisons partie, qui sont la famille, les groupes et communautés, la société, la planète Terre et son écosystème, le système solaire, la galaxie, l'univers… Notre bonheur personnel passe par notre relation saine et harmonieuse avec tous ces ensembles. Mais inversement il a aussi une influence non négligeable sur l'harmonie à ces différents niveaux.

C'est notre propre bonheur individuel qui produit la paix et l'harmonie dans le monde – et dans l'univers. La quête du bonheur doit devenir notre priorité si nous voulons vivre dans un monde meilleur.

Site créé par Pierre Wittmann